Aller au contenu principal

Sac Louis Vuitton Pas Cher 2014 Outils webmarketing à l’usage des auteurs et éditeurs de livres : volet 1

2014 Nouveau style de Louis Vuitton, sacs Louis Vuitton, Louis Vuitton Ceinture Louis Vuitton Outlet Louis Vuitton Store.Cheap vente 62% de réduction expédition Online.Free.!

En ce début d’année, il m’a paru intéressant de publier une série de billets sur le marketing sac louis vuitton du livre sur internet à destination des auteurs et des éditeurs. Les développements qui suivront pourront être utiles à mes confrères, mais c’est ceinture louis vuitton aussi une bonne manière de montrer aux auteurs que le webmarketing est un excellent outil de promotion, complémentaire aux techniques traditionnelles.

1. Impliquer les auteurs

D’abord, on ne le dira jamais assez, avec le web 2.0, les outils communautaires ne sont pas seulement l’affaire des éditeurs, mais aussi celle des auteurs. Sans ces derniers, la maison d’édition ne peut que très difficilement ceinture louis vuitton pas cher orchestrer l’ensemble des dispositifs qui donneront de la visibilité aux livres sur internet.  Les auteurs sont partie intégrantes de la communauté que cible l’ouvrage, alors que l’éditeur ne représente rien pour celle-ci. Ce dernier ne peut aider qu’à mettre en musique, car il n’est pas louis vuitton pas cher légitime à animer une communauté à laquelle il n’appartient pas. Afin d’être moins théorique, prenons l’exemple d’un ouvrage professionnel, qui sac a main louis vuitton serait intitulé « Syndrome de glissement » (définition : détérioration rapide de l’état général chez le sujet âgé, liée à une phase de dépression), écrit par un psychothérapeute. Le livre cible les psychologues et thérapeutes dans le domaine de la gériatrie. Dans cette hypothèse, l’éditeur n’est pas légitime à entrer dans une chaussure louis vuitton pas cher communauté sur le web regroupant des psychothérapeutes intéressés par ce thème, l’auteur en revanche y a clairement sa place. En outre, là où l’éditeur ne pourra que faire de la publicité, l’auteur pourra, quant à lui, fournir de l’information qui éveillera l’intérêt de la communauté, et sac louis vuitton pas cher de façon indirecte, la visibilité du livre.

Tout au long de ces sessions, je ferai le tour des principaux outils webmarketing. Nous parlerons  aujourd’hui de deux outils bien trop souvent oubliés, et sac louis vuitton qui pourtant sont porteurs de sens pour les éditeurs de livres techniques et professionnels :  Viadeo et Linkedin.

2. Réseaux communautaires professionnels : Viadeo, Linkedin et Cie

J’évoque ici Viadeo et Linkedin, mais bien entendu, il convient d’entendre tous les réseaux communautaires où se regroupent les professionnels. L’éditeur spécialisé les connaît, mais il doit  s’assurer qu’il n’en a oublié aucun auprès de ses auteurs. Il louis vuitton sac en existe de très spécialisés pour chaque corps de métier, il est donc indispensable d’être actif  au sein de ces communautés. Si nous prenons l’exemple des animateurs en gérontologie, des sites professionnels existent : le groupement des animateurs en gérontologie (GAG) et celui de la plateforme romande de l’animation socioculturelle.  Des auteurs de livres dans ce domaine doivent être présents sur ces sites et y être actifs.

S’agissant de Viadeo et de Linkedin, l’auteur, en qualité de professionnel, pourra louis vuitton pas cher homme y présenter sa bibliographie. Linkedin, bien que moins développé en France, comporte un avantage majeur, car le widget Slideshare y est présent nativement.  Slideshare est une plateforme de présentations professionnelles particulièrement bien référencée sur Google.

Ainsi, l’auteur pourra sacoche louis vuitton présenter quelques pages de son livre, qui seront donc également présentes sur Linkedin.  Pour Viadeo, comme pour Linkedin, l’auteur recherchera les personnes liées à sa communauté, et rejoindra les groupes spécialisés. Reprenons l’exemple de l’auteur du « Syndrome de glissement ». Sur Viadeo, il se servira de l’outil recherche avancée (figurant en haut de la page), et grâce aux mots clefs, il pourra fondation louis vuitton rechercher les personnes potentiellement intéressées par ce sujet. Il entrera, dans un premier temps,  en contact avec  les personnes lunette louis vuitton qu’il connaît liées à sa communauté : psychologues, directeurs de maisons de retraite… Puis, il se connectera  aux groupes (cliquer sur participer, puis groupe) créés sur le thème de la gérontologie. À l’aide des mots clefs, il découvrira ainsi le groupe louis vuitton sac pas cher des psychologues gérontologues qui constitue son cœur de cible. De même, l’auteur pourra, s’il le souhaite, créer son propre groupe sur un thème lié à son livre. Dès son entrée dans un groupe, il se sac louis vuitton présentera et indiquera qu’il est l’auteur d’un ouvrage intéressant la communauté. Il aura tout intérêt à être actif au sein du groupe en participant aux discussions. Enfin, l’auteur publiera dans la rubrique évènements les formations et les séminaires auxquels il participe.

Ces deux réseaux sont une excellente manière de communiquer sur la publication d’un livre, et de le rendre visible.

Promouvoir un livre sur internet

Internet étant aujourd’hui incontournable, assurer la visibilité des livres par ce canal est donc casquette louis vuitton devenu indispensable. En effet, lorsqu’un lecteur potentiel cherche à mieux connaître un sujet, sa première réaction est désormais de taper la requête dans un moteur de recherche. Idéalement, le livre doit apparaître en tête du classement  des résultats.

Mais voilà, le webmarketing est lunette louis vuitton pas cher bien différent de sa grande sœur le marketing direct. Ici il n’est nul question de recettes toutes faites, cette discipline là exige de la créativité et nécessite d’être au plus près des besoins et louis vuitton paris attentes des clients. Par conséquent, il n’y a pas de trucs et astuces, mais des outils qui, intelligemment raccordés entre eux, vont permettre d’architecturer un dispositif promotionnel efficace.

Le processus de mise en place d’un écosystème sur internet permettant de mieux promouvoir les livres louis vuitton soldes peut être séquencé en plusieurs étapes :

Choisir le marché à promouvoir

Trois critères cumulatifs peuvent être pris en compte pour sélectionner le marché autour duquel l’éditeur créera un hub :

a) La marque

Il convient de se demander préalablement : sur quel(s) marché(s) l’éditeur possède-t-il une marque forte ? Cette marque peut être celle de la dénomination portefeuille louis vuitton pas cher sociale de la maison d’édition, de la collection ou encore de l’auteur. Il convient donc d’identifier sur le marché dominant ce chaussure louis vuitton qui est considéré comme marque par le lecteur. Prenons l’exemple du livre bien connu chez les marketeurs,  le Kotler. Nous disons tous le Kotler sans vraiment savoir qui est l’éditeur, le titre exact du livre ou le nom de la collection ; nous savons juste qu’il s’agit de la bible des étudiants en marketing. Ici, c’est bien Kotler la marque !

b) Le marché dominant

Les investissements seront concentrés sur le marché où l’éditeur a le plus de clients et pour lequel le chiffre d’affaires est le plus important.

C) Les produits phares

Il faudra ici identifier les livres les plus réputés et les plus vendus sur le marché qui sac a main louis vuitton pas cher aura été préalablement défini par l’éditeur selon les critères mentionnés ci-dessus. C’est ainsi que Dunod, par exemple, a choisi de créer un site compagnon pour son ouvrage de référence « Eléments de géologie » pour les étudiants de cette discipline.

Créer une plateforme thématique

Il faut entendre par plateforme, un site qui tiendra lieu de hub afin de servir de point de convergence. Prenons l’exemple d’un éditeur dans le domaine du webmarketing. Celui-ci pourra créer un site sur le thème du emarketing afin d’affirmer sa Sac Louis Vuitton Pas Cher position privilégiée sur ce marché. Il ne s’agit pas de créer un site onéreux et d’oublier les problématiques de retour sur investissement, mais d’affirmer l’expertise de la maison d’édition. Pour sacs louis vuitton définir ce qui figurera sur ce site, des entretiens de face à face avec la cible s’impose. A minima, on devrait pouvoir trouver quelques vidéos, les biographies intégrant la photo des auteurs, le texte de la 4e de couverture et la possibilité de feuilleter une partie des livres en ligne. En tout état de cause, il ne faut pas oublier que le site sera correctement référencé s’il met à disposition un contenu de qualité. L’éditeur pourra par exemple intégrer gratuitement des extraits d’ouvrages  (modèle de cahier des charges d’un site web, plan media…), ou encore développer un lexique des termes techniques. Il conviendra en outre d’adjoindre un sac louis vuitton pas cher ebay formulaire d’inscription à une newsletter thématique afin d’obtenir un fichier d’adresses email.

Les outils

Tous ces outils convergeront vers le site qui doit demeurer le point d’entrée. Il peut s’agir de :

  •  Blogs : dans l’idéal ces blogs doivent être animés par les auteurs ;
  • Vidéos : elles améliorent le référencement. Nul besoin de faire appel à de grands louis vuitton recrutement professionnels, il est possible de réaliser une simple vidéo amateur (moins de trois minutes) de l’auteur d’un livre et de la déposer sur les  plateformes de partage (Youtube, Viméo…) ; de même, si le contenu est pertinent, l’éditeur pourra décider de créer une chaîne (voir la chaîne des éditions Tredaniel sur Dailymotion) ;
  •  Podcasts ;
  • Applications mobiles : là encore, il convient de bien réfléchir au contenu qui figurera sur l’application et aux attentes de la cible (voir  Dalloz étudiant) ;
  • Réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Google+ bien entendu, et pour l’édition professionnelle ne vetement louis vuitton pas cher pas oublier Linkedin et Viadeo, ainsi que My space pour la cible artistique (photographes, illustrateurs…).

Enfin, il est à noter que peu d’éditeurs utilisent la fonctionnalité proposée par Amazon baptisée «Chercher au cœur du livre», alors que de nombreux livres professionnels sont vendus sur ce site. Pourtant, ce programme permet portefeuille louis vuitton au lecteur de feuilleter les livres en ligne et d’améliorer considérablement les résultats de recherche, car  le moteur analyse   l’ensemble des mots contenus dans le livre et non uniquement louis vuitton homme les mots clés fournis par l’éditeur.

epub3 et livres enrichis

Le SNE organisait ce mardi des Assises professionnelles  sur le thème du livre enrichi Sac Louis Vuitton et de l’epub3. Un bon moyen de présenter les fonctionnalités de ce nouveau standard, bien qu’il ne puisse pas encore être lu sur les logiciels d’aujourd’hui.

Les apports de l’epub3

Ce format créé par l’IDPF (International digital publishing forum) a d’abord été conçu pour le texte. La version 3 de l’epub permet désormais d’intégrer interactivité, éléments multimédia et une mise en page plus esthétique grâce à certaines fonctionnalités :

-          le SVG (scalable vector graphics), format d’image redimensionnable,  permet en particulier de zoomer en évitant l’effet de pixellisation,

-          la faculté d’intégrer des scripts en java,

-          le surlignage du texte,

-         l’ajout d’une voix synthétique qui lit le texte,

-          la vidéo et l’audio,

-          la possibilité d’inclure de nouveaux champs sémantiques  en intégrant des balises supplémentaires, ce qui permet de scénariser plus fortement le contenu au sein des devices,

-          l’amélioration de la mise en forme grâce au fixed layout (mise en page figée).

Des exemples de réalisation

Apple ayant intégré certaines fonctionnalités de l’epub 3, les contenus éditoriaux présentés ont tous été développés pour l’Ipad.

A travers les nombreux exemples qui ont été exposés, on peut retenir tout d’abord que les éditeurs Sac Louis Vuitton ont majoritairement développé pour l’Ibookstore, à l’exception de Gallimard. Ce choix se justifie pour deux raisons essentielles : d’une part, le contenu présent dans l’Ibookstore intègre l’univers du sac louis vuitton occasion livre et d’autre part, il est possible à l’éditeur de fixer un prix plus élevé que dans l’Applestore.

Il convient de noter que la mise en page peut être très esthétique pour les ouvrages développés sur l’Ibookstore quand le fixed layout est choisi. Le livre remarquable présenté par Albin Michel Jeunesse, l’herbier des fées, en est la preuve.  Cet album, véritable expérience esthétique, intègre des illustrations interactives et  de petits films d’animation. L’ensemble lunette de soleil louis vuitton est si harmonieusement conçu qu’il déclenche chez le lecteur une vive émotion.

L’impact de l’eBook : un sondage

Aptara, société de services pour l’édition, a réalisé une étude qui vient d’être publiée courant septembre sur la base d’un échantillon de 1350 éditeurs. Plusieurs Sac Louis Vuitton questions ont été posées dont les réponses mettent en exergue les tendances et les pratiques de nos confrères. Quatre segments ont été passés au crible :

- Le B2B : segment "corporate",

- Le grand public : segment "trade",

- Le professionnel : segment STM (scientifique, technique et médical),

- L’éducation : les enfants jusqu’à 12 ans ("K-12") et l’édition pour les adolescents ("college").

Il est important de noter que la plus grande partie des réponses proviennent d’éditeurs anglophones (70 % Etats-Unis, 8 % Royaume uni, 3 % Canada et 3 % Australie). Un tiers louis vuitton fr d’entre eux  vendent toutefois en dehors des Etats-Unis et du Louis Vuitton Pas Cher Canada, principalement en Allemagne, Espagne et Italie.

NB : cliquer sur les graphiques pour une meilleure lisibilité

La répartition par secteurs

L’édition grand public représente la plus grande part (30%), suivie par le segment éducation pour adolescents (25 %).

La motivation des éditeurs 

Avant tout, les éditeurs cherchent à augmenter leur chiffre d’affaires (42 %) et la demande des consommateurs (36 %), loin devant l’augmentation de la marge (3%).

Le pourcentage des titres distribués sous forme d’eBooks

Ce pourcentage augmente tous segments confondus. En moyenne, 37 % des éditeurs publient plus de 76 % de leurs titres sous cette forme.

Le pourcentage du CA généré par l’eBook

Pour 43 % des éditeurs, l’eBook génère aujourd’hui 1 à 3 % du chiffre d’affaires ; il s’élève à plus de 10 % pour 18 % des éditeurs interrogés. Toutefois, il est à noter que les éditeurs qui publient pour le segment éducatif pour adolescents Louis Vuitton Pas Cher sont mieux représentés (22 %), ce chiffre tombe à 7 % pour les publications destinées aux moins de 12 ans, sans doute en raison du déficit en équipements de cette cible.

Les terminaux et les plateformes

Les éditeurs ciblent principalement les ordinateurs PC/Mac (19 %), le Kindle (18 %), les supports epub (15 %) et l’ibookstore (15 %). Les PC/Mac sont l’équipement privilégié pour les segments publiant pour les moins de 12 ans (28 %), l’édition professionnelle (25 %) et les adolescents (23 %).

La distribution des eBooks

Rien d’étonnant, c’est Amazon qui domine le marché (18 %). Toutefois, la distribution sur le propre site de l’éditeur représente 16 % en moyenne (29 % pour les moins de 12 ans et 22 % pour l’édition professionnelle). Les louis vuitton chaussures éditeurs semblent donc avoir compris que la multiplication des canaux de distribution est un bon moyen de rendre plus visible les livres et par conséquent d’accroître le chiffre d’affaires.

Le chiffre d’affaires des eBooks est généré à 38 % par Amazon et 25 % par le site de l’éditeur.

La rétroconversion du fonds éditorial

44 % des éditeurs ont Louis Vuitton Pas Cher rétroconverti moins de 25 % de leur fonds éditorial et seulement 14 % ont procédé à cette conversion pour plus de 75 % du fonds. Ce chiffre est assez étonnant, car le eBook est une bonne manière de générer de nouveaux revenus, en particulier pour les titres épuisés. La théorie de la "long tail" semble donc n’avoir pas  été majoritairement appliqué.

eBook ou pBook

Les éditeurs publient majoritairement à la fois sur supports papier et numérique (85 %), ce montre louis vuitton chiffre est porté à 92 % pour le segment publiant pour les moins de 12 ans. Seulement  10 % des éditeurs publient l’ebook en remplacement du papier.

Workflow

Nous ne sommes pas encore entrés dans l’ère de l’édition multisupport. La source de l’ebook reste le PDF (38 %). C’est donc la chaîne de production traditionnelle qui est conservée. Pourtant investir dans un système éditorial est un bon moyen de réduire les coûts de production,  et de rendre les produits plus rapidement disponibles sur le marché.

Livres enrichis

21 % des éditeurs produisent des livres enrichis (35 % pour le segment des moins de 12 ans) et 42 % sont dans l’expectative.

Développement des applications

La tendance est la même pour les applications. 18 % des éditeurs en développent (23 % pour le grand public) et 41 % sont encore en cours d’investigation. Il y a donc là une réelle opportunité pour les pure players.

Challenge

Pour les éditeurs, le format des contenus et la compatibilité des terminaux s sont un réel enjeu. En effet, l’absence de compatibilité impose bien souvent de choisir de développer pour un équipement (Ipad v. tablettes androïd) au détriment d’un autre.

Pour aller plus loin, lire "Stratégie numérique des éditeurs de livres".

The fantastic flying books of Mr Morris Lessmore : repousse les frontières du livre

D’abord présentée sous la forme d’un court métrage ayant pour objectif de faire aimer les livres aux enfants, l’application créée par d’anciens salariés des Studios Pixar, William Joyce (auteur et illustrateur) et Brandon Oldenburg (réalisateur), livre une nouvelle expérience narrative à mi-chemin entre le livre et le film d’animation. Le texte est lu par un narrateur et Louis Vuitton Pas Cher il est alors possible d’interagir sur les images : jouer du piano, faire virevolter les livres, peindre le ciel ou encore créer une bourrasque de vent…

On voit bien, là encore, que la maison d’édition de livres pour la jeunesse de demain devra intégrer de multiples compétences : film d’animation, game design, travail sur le texte…
Nous ne sommes aujourd’hui qu’au début d’une grande aventure !

Livres enrichis : Apple Store contre iBookstore

Dans le cadre des matinales de « Demain le livre », deux prestataires ont présenté, ce 10 mai, deux manières innovantes de produire des livres enrichis. Le Louis Vuitton Pas Cher premier propose des développements sous forme d’applications téléchargeables dans l’Apple Store et le second dans l’iBookstore. Tous deux ce sont accordés sur un point, sur ce marché naissant, c’est iOS qui offre actuellement le plus d’opportunité. A travers ces deux présentations, la question que doivent se poser les éditeurs : vaut-il mieux développer des applications présentes dans l’Apple Store ou des livres dans l’iBookstore ?

Société Bolivart : développer des applications à moindre coût


Cette entreprise développe et diffuse un logiciel spécialisé pour la création d’ouvrages numériques prioritairement illustrés et accompagne les éditeurs dans la phase de conception. Les deux fondateurs pensent que le livre papier et les contenus sur tablettes doivent être complémentaires.
Bolivart a développé l’ouvrage, déjà célèbre dans notre profession, « Versailles, la vie dans le grand parc du temps de Louis XIV » , par le biais du logiciel « Artbookreader ». Cette solution présente trois fonctions intéressantes et reproductibles :

             Accès à volonté et ergonomique

Le logiciel permet d’intégrer des contenus à forte dominante illustrée mettant en valeur les images. Il est en outre possible d’inclure des séquences multimédia.

            Fonctions d’indexation et de recherche

Cette fonctionnalité permet :
- l’annotation des textes et des images,
- la recherche de mots, avec l’accès à un glossaire interne ou via des liens externes,
- l’impression d’images,
- la géolocalisation.
            Fonctions de partage

Elles permettent :

- la possibilité de projeter le diaporama des images sur un téléviseur de salon ou un projecteur,
- Le partage sur Twitter, Facebook et par mail.
Cette solution permet donc de produire des livres illustrés à un moindre coût. Bolivart pense qu’il est préférable de développer sur l’Apple Store parce que cela permet d’avoir une stratégie de diffusion du livre illustré qui se différencie du Louis Vuitton livre linéaire classique présent dans l’iBookstore. Le moteur permet d’offrir au lecteur une nouvelle expérience.
Sans investissement marketing, l’application gratuite a été téléchargée à plusieurs milliers d’exemplaires, avec un taux de conversion (achat de l’application payante) de 3%. L’app « Versailles, la vie dans le grand parc du temps de Louis XIV » est classée 81e dans le classement de l’Apple Store sur 17400 livres.
Walrus : les possibilités techniques et artistiques de l’epub3


Cette société développe des livres enrichis présents dans l’ibookstore.
             epub : mode d’emploi


C’est un mini site web enclos dans un fichier epub. Il s’agit d’une norme internationalement reconnue qui permet de rendre disponible le livre sur l’Ibookstore, Fnac.com et Immatériel, par exemple.


            Les fonctionnalités


L’epub3 permet d’incorporer dans le livre :
- Des images et un diaporama. L’epub permet de détecter l’écran (iPhone, iPodtouch ou iPad) et d’adapter la mise en page. L’image peut être légendée et un zoom sur la photo Louis Vuitton permet d’obtenir un grand niveau de détail. Enfin, il est possible d’intégrer les typographies choisies par l’éditeur ;
- Des infobulles sur l’image ;
- De la vidéo. Celle-ci est systématiquement intégrée sur la couverture, ce qui permet de développer une BO au sein même de l’iBookstore.
- Des liens externes et internes ;
- Des quizz ;
- La Géolocalisation. Celle-ci n’est pas aussi performante qu’au sein d’une application, mais elle est possible. Ainsi, les développeurs capturent une image Google Maps. Quand le lecteur clic sur la carte, il est renvoyé sur Google Maps via un lien externe ;
- Intégration d’un player audio ;
- Fixed layed out. Cette fonctionnalité introduite par Apple permet d’obtenir une mise en page figée, ce qui peut être intéressant pour des mises en page complexes. Il ne s’agit pas d’une image, mais d’un CSS qui permet de respecter la norme epub.
Pour Walrus, la frontière entre epub et Louis Vuitton application s’efface. Etre présent dans l’iBookstore présente l’avantage de capter une cible intéressée par le produit livre, en outre, dans l’Apple Store, le produit est rapidement noyé.

Stratégie numérique des éditeurs de livres

Cette étude intitulée "Quelle stratégie numérique pour les éditeurs de livres ?" a pour ambition, d’une part, d’analyser les mutations Louis Vuitton intervenues sur le marché du livre et d’autre part, d’aider les éditeurs à bâtir une stratégie numérique devant servir de levier de croissance. De nombreux thèmes sont abordés  :

- L’évolution de la chaîne de valeur,

- Les modèles économiques,

- Les enjeux,

- La commercialisation du livre dans l’univers numérique,

- Les nouvelles formes d’édition.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: